Motion de la 12e section du CNU concernant la réforme des collèges

La 12e section du CNU condamne les dispositions du projet de loi sur les collèges concernant l’enseignement des langues. Elle constate que, malgré la vague de protestations qui s’élève en France et à l’étranger, le gouvernement n’oppose que des contre-vérités aux arguments des protestataires.

Le principe avancé : démocratiser des disciplines présumées « élitistes ». La réalité : on réduit quasiment à néant les classes « bilangues » et on supprime les sections européennes et de langues orientales, deux dispositifs accessibles à une forte majorité de la jeunesse française, au « profit » d’une LV2 au rabais (2h30 par semaine de la 5e à la 3e, soit 7h30 au total sur trois ans). Par rapport aux classes bilangues (12 heures de la 6e à la 3e) et aux sections européennes (10 heures également réparties sur la 4e et la 3e), l’enseignement de l’allemand au collège perd respectivement 4h30 et 2h30. En outre, les élèves qui choisiront l’allemand seront mécaniquement moins nombreux puisqu’il est mis fin à l’attractivité des dispositifs « bilangues » et européens. Les enseignements bilangues sont présents dans 50% des collèges et concernent 88% des élèves germanistes en 6e.

Loin de démocratiser l’enseignement de l’allemand, la réforme aboutira à l’appauvrissement de l’offre d’enseignement pour une écrasante majorité des élèves et les privera d’atouts essentiels sur le marché du travail.

La 12e section du CNU demande à Madame la Ministre de renoncer à ce projet et reste ouverte à toute discussion libre et ouverte sur l’état de l’enseignement des langues anciennes et vivantes en France et sur la formation, le statut social et le recrutement des maîtres.

La 12e section du CNU a voté ce texte à l’unanimité lors de sa session du mardi 19 mai 2015.