CFP_ 15.11.2017 _ PORTRAITS & AUTOPORTRAITS D’AUTEURS L’ÉCRIVAIN MIS EN IMAGES 12-13.10 2018

PORTRAITS & AUTOPORTRAITS D’AUTEURS. L’ÉCRIVAIN MIS EN IMAGES
12 ET 13 OCTOBRE 2018
ORGANISATEURS: Caroline Marie (Université Paris 8), Xavier Giudicelli
(Université de Reims Champagne-Ardenne)

Conférences plénières :
Patrick Chambon, artiste plasticien
Valérie Mangin, scénariste de bande dessinée

La figure de l’écrivain est omniprésente aujourd’hui. Cette «
manie des portraits », qui s’est développée en même temps que se
popularisait l’art de la photographie, fixe et dissémine une image de
l’auteur à l’exclusion d’autres représentations et perceptions
possibles. Cette image est paradoxalement souvent plus connue que son
œuvre même ; du moins est-elle souvent visible avant le texte, au
seuil du livre, sur telle affiche publicitaire ou telle photographie en
quatrième de couverture. Si bien que la question : « Un auteur
serait-il désormais son visage plus que son texte ? » (Jean-François
Louette et Roger-Yves Roche, « Portraits de l’écrivain contemporain
», _Les Cahiers de médiologie_, 1/2003 (n° 15), p. 59-66) occupe
désormais une place légitime dans la recherche littéraire.
Parallèlement, la recherche littéraire s’est récemment tournée
vers un phénomène narratif nouveau, le devenir personnage de
l’écrivain dans la littérature contemporaine, ou « l’auteur
déplacé dans la fiction » (Charline Pluvinet). À la croisée de ces
deux phénomènes, la prolifération des mises en images des écrivains
et leur mise en fiction, ce colloque s’intéressera à la
fictionnalisation des auteurs par les arts visuels : peinture,
sculpture, photographie, dessin, caricature, bande dessinée, comics,
album illustré — à l’exclusion des arts de l’image en mouvement
(théâtre, cinéma, série télévisée) pour lesquels les enjeux
théoriques sont différents. Certes, l’art a créé de nombreux
écrivains imaginaires, mais nous préférerons observer les transferts
et les enjeux de la recréation par les arts visuels d’écrivains
réels, en Europe de la première modernité à nos jours.
L’écrivain n’est plus simplement un visage immortalisé dans une
pose photographique ; il est devenu l’objet de représentations
visuelles dont la multimodalité même fait sens. Aussi pourra-t-on
aborder ce transfert du réel à l’imaginaire, voire au légendaire,
dans toute sa diversité, d’un point de vue historique, diachronique
ou comparatiste, autant qu’analyser l’exemple d’un écrivain
particulier ou d’une œuvre spécifique. On pourra se demander comment
la mise en images de l’auteur dans le paratexte – affiches,
quatrièmes de couverture, frontispices, sites internet – fait récit.
On pourra choisir de s’attacher à la mise en livres de l’auteur
historique, beau livre, biographie dessinée, album de jeunesse, ou
encore exposition dans un musée. L’auteur peut aussi se mettre en
images lui-même : qu’advient-il lorsqu’il se met en scène dans une
autofiction visuelle ? Les modalités et les enjeux du transfert du
réel à l’imaginaire visuel sont-ils comparables lorsque la figure de
l’écrivain occupe une place centrale dans l’œuvre et lorsqu’il
tient un rôle secondaire aux côté de personnages fictifs, lorsqu’il
s’agit d’un _biopic_ ou d’une aventure imaginaire ? Quelle est la
portée éditoriale, poétique, esthétique, culturelle ou médiatique
de cette mise en images ?
Ce colloque interdisciplinaire invite à considérer la nature
protéiforme des portraits et autoportraits d’écrivains selon les
perspectives de la poétique et de l’esthétique, mais également de
l’histoire des idées, de l’histoire de l’édition, de
l’histoire de l’art, de la muséologie, ou encore de la culture et
de la communication.

Comité scientifique :
Catherine Bernard (Université Paris-Diderot)
Marie-Françoise Cachin (Université Paris-Diderot)
Emily Eells (Université Paris-Nanterre)
Alexis Lévrier (Université de Reims Champagne-Ardenne)
Mireille Séguy (Université Paris 8)
Adeline Wrona (Celsa, Université Paris-Sorbonne)

Les langues de travail du colloque seront le français et l’anglais.
Merci d’envoyer vos propositions (300 mots) avec une brève notice
bio-bibliographique à : xgiudicelli@yahoo.fr et
caroline.marie@univ-pari8.fr avant le 15 novembre 2017.

PORTRAITS AND SELF-PORTRAITS OF AUTHORS:
PICTURING WRITERS
12 & 13 OCTOBER 2018
CONVENORS: Caroline Marie (Université Paris 8), Xavier Giudicelli
(Université de Reims Champagne-Ardenne)

Keynote speakers :
Patrick Chambon, artist
Valérie Mangin, author of the _Abymes _trilogy

The figure of the writer is increasingly conspicuous nowadays. The
“mania for portraits,” which has flourished along with the
development of the art of photography, is undeniably a way of both
freezing and disseminating a particular image of a writer—thereby
excluding other possible representations and perceptions. That image of
the writer is paradoxically often better known than his/her own works;
at least, a portrait of the writer is often visible before the text
itself, on the very threshold of books, on advertising posters or
photographs on the back covers, for instance. Thus, the question: “ Is
an author a face rather than a text?” has become legitimate in
literary studies. At the same time, research in literature has recently
turned to a new narrative phenomenon, namely the “becoming –
character” (as Deleuze and Guattari would have called it) of the
writer in contemporary literature, or “the author displaced into
fiction.”
At the intersection between these two phenomena—the proliferation of
images of writers and the “becoming – characters” of writers—this
conference will focus on the fictionalisation of authors in and through
the visual arts: painting, sculpture, photography, drawing, caricature,
comics, picture story books—excluding moving images (theatre, cinema,
TV series), whose theoretical stakes are arguably different. Art has
certainly created many imaginary writers, but we propose to focus on the
questions raised by the recreation of real writers in the visual arts,
in Europe, from the early modern period to the present day.
The writer is no longer merely a face immortalized in a photographic
pose, but s/he has become the object of visual representations whose
multimodal dimension itself makes sense. The participants may examine
this transfer from the real to the imaginary—or even the
legendary—in all its diversity, from a historical, diachronic, or
comparative point of view; monographic approaches (analysing the example
of a particular writer or of a specific work) are also welcome.
Participants may wonder how the picturing of an author in the (visual)
paratext—posters, book covers, frontispices, websites—is turned into
a form of narrative. They may choose to focus on the ways historical
authors become book material in art books, graphic biographies, picture
story books, or exhibitions in museums. The author can also picture
him/herself: what happens when s/he plays his/her own role in a visual
autobiofiction? Are the modalities and the stakes of the transfer of the
real to the (visual) imaginary comparable when the figure of the writer
holds a central place in the work, or when s/he plays a secondary role
alongside other fictitious characters, in the case of biopics or
imaginary adventures, for instance? What is the editorial, poetic,
aesthetic, cultural or media impact of those images of authors?
This interdisciplinary conference seeks to approach the protean nature
of portraits and self-portraits of writers from a poetic and aesthetic
point of view, but also from the perspectives of the history of ideas,
the history of publishing, art history, museum studies, and media
studies.

Scientific board :
Catherine Bernard (Université Paris-Diderot)
Marie-Françoise Cachin (Université Paris-Diderot)
Emily Eells (Université Paris-Nanterre)
Alexis Lévrier (Université de Reims Champagne-Ardenne)
Mireille Séguy (Université Paris 8)
Adeline Wrona (Celsa, Université Paris-Sorbonne)

The conference will be held in French and English.  Please send
proposals (300 words) and short bio-bibliographies to :
xgiudicelli@yahoo.fr and caroline.marie@univ-pari8.fr no later than
November 15th 2017.