Tous les articles par Laurent Gautier

CfP : Dijon-Lyon 2 – Connaître versus ressentir ? Affects, émotions et expressivité en discours spécialisés

Appel à communications

Connaître versus ressentir ? Affects, émotions et expressivité en discours spécialisés
Journée d’études, vendredi 2 mars 2018
Université Lyon 2 Lumière, Maison Internationale des Langues et des Cultures

« L’émotion, dans ses variétés historiques, ses nuances, ses déclinaisons, reflète d’abord une culture et un temps. Elle répond à un contexte, épouse un profil de sensibilité, traduit une manière de vivre et d’exister, elle-même dépendante d’un milieu précis, singulier, orientant l’affect et ses intensités. » (G. Vigarello, Histoire des émotions, Paris, Seuil, 2016)

La recherche sur les langues de spécialité, puis sur les discours spécialisés, est longtemps partie du postulat selon lequel leurs conditions d’existence interdisaient, par essence, la présence de toute marque émotionnelle, affective ou expressive. Toute entière tournée vers la fonctionnalité et l’efficience, la communication spécialisée était considérée comme intrinsèquement objective, neutre et sans aspérité. Linguistiquement, ce postulat se retrouvait à tous les niveaux de description : au niveau du terme, longtemps réputé n’avoir qu’une face strictement dénotative ; au niveau du style, globalement appréhendé en termes de dépersonnalisation et d’abstraction (nominalisations, désagentivation, emploi de la diathèse passive) ; au niveau du texte à travers des macrostructures souvent envisagées comme non seulement prototypiques, mais aussi contraignantes ne laissant pas de place à la créativité.

La redécouverte de ces mêmes dimensions par les sciences humaines et sociales – dont témoigne la monumentale Histoire des émotions citée ci-dessus – a conduit les travaux récents en langues et cultures de spécialité à intégrer eux aussi ces dimensions, donnant dans le même temps une perspective en quelque sorte « plus humaine », incarnée, aux productions discursives spécialisées, voire techniques, réhabilitant du même coup la présence et l’inscription du locuteur. Et là aussi, ce sont tous les niveaux de description linguistique qui sont concernés : terme, style, texte, mais aussi modalités d’interactions, relations intertextuelles, etc.

A titre d’exemple, Alexandre Flückiger, juriste, remarque : « L’opposition entre raison et émotion est en réalité utilisée à des fins persuasives dans tout processus de décision, que celui-ci soit juridique, politique, économique ou autre : celui qui appelle l’autre à la raison tente en fait de lui montrer qu’il existe d’autres émotions susceptibles de fonder sa décision qui doivent l’emporter ou que certaines émotions peuvent être apaisées. » (2012 : 77). Myriam Revault d’Allonnes note l’évolution vers une nouvelle anthropologie à travers « la promotion de l’individu sur le devant de la scène politique » et où « l’homme de la modernité n’est plus un vivant doué de logos mais un être livré à ses passions. » (1999 : 75). En sciences politiques le rôle des émotions n’est plus un sujet tabou (Reboul, 1981, Braud, 1996, Tournier, 1997, Moïsi, 2008, Thompson & Hogget, 2012, Frank, 2012, Lordon, 2014). En neurosciences affectives, la dimension culturelle de l’émotion est prise en considération en tant qu’élément participant à la structuration de notre représentation du monde (P. Eckmann, 1992, J. Panksepp, 2010, M.-H. Immordino-Yang, 2013, A. Pavlenko, 2014), car l’affectivité nous façonne, pour citer Boris Cyrulnik (1993) : « Dès que perçu, l’objet est interprété. Et l’affectivité, le fait d’être affecté par une perception, crée un monde intime qui va orienter la plupart des décisions, des comportements, des engagements et la représentation du monde des êtres humains. »

La journée d’études, co-organisée par le Centre de Recherche en Terminologie et Traduction (EA 4162) de l’université Lumière Lyon 2 et le Centre Interlangues Texte Image Langage (EA 4182) de l’université de Bourgogne Franche-Comté dans le cadre du programme GRAL (Groupe de Recherche sur les Affects en Langues Etrangères Appliquées), vise ainsi à rassembler des chercheurs en langues et cultures de spécialité pour tout à la fois dresser un état des lieux des travaux sur ces questions et d’autre part tracer des perspectives de recherche alimentant aussi les enseignements supérieurs en LEA et dans le secteur LANSAD, en capitalisant sur les spécificités ainsi mises au jour des langues-cultures sous-jacentes. Cette réflexion est ouverte et bénéficiera grandement des apports qui pourront être partagés par des chercheurs appartenant à d’autres disciplines et qui s’intéressent aux discours et terminologies de spécialité : psychologues, juristes, économistes, neuroscientifiques, anthropologues, politistes, chercheurs en sciences dures, etc.

Les communications s’intéresseront entre autres:
– A la réflexion théorique et à la délimitation, à des fins heuristiques des notions en jeu ; en particulier pour l’expressivité, catégorie descriptive souvent convoquée, mais dont les fondements conceptuels, pour l’approche des langues-cultures de spécialité, font encore largement défaut ;
– Aux modalités de constitution de corpus permettant d’aborder ces dimensions ;
– Aux lieux d’inscription des trois catégories dans les discours spécialisés, tant écrits qu’oraux, et en adéquation avec les spécialités concernées ;
– Aux apports des travaux d’inspiration cognitive sur l’émotion en discours pour les langues-cultures de spécialité ;
– Aux conséquences théoriques de ce changement de paradigme pour la définition du spécialisé et des discours spécialisés.
Si des études de cas ponctuelles sont les bienvenues, elles devront explicitement intégrer la dimension théorique esquissée ci-dessus.

Les propositions de communication (résumé de 500 mots présentant explicitement la problématique, le corpus, la méthodologie et les résultats [escomptés]) accompagnés de cinq références bibliographiques sont à adresser avant le 22 décembre 2017 simultanément à :

Corina Veleanu, corina.veleanu@univ-lyon2.fr
Laurent Gautier, laurent.gautier@ubfc.fr .

Le pré-programme sera diffusé en janvier 2018. Une sélection de communications sera publiée, sous la forme d’un volume collectif structuré, chez un éditeur international dans une collection dédiée après expertise en double-aveugle. Des interactions entre les auteurs des articles seront donc à prévoir pour faire apparaître la cohérence du volume.

Bibliographie sélective
Braud, P., L’émotion en politique : problèmes d’analyse, Paris, Presses de Sciences Po, 1996.
Cyrulnik, B., « L’affectivité nous façonne », http://www.lexpress.fr/informations/boris-cyrulnik-l-affectivite-nous-faconne_595890.html, 23/09/1993.
Ekman, P., « An Argument for Basic Emotions », Cognition and Emotion, 6/3-4, 1992, 169-200.
Flückiger, A. « Pourquoi respectons-nous la soft law ? », Revue européenne des sciences sociales [En ligne], XLVII-144 | 2009, mis en ligne le 01 mai 2012. URL : http://ress.revues.org/ .
Frank, R.« Émotions mondiales, internationales et transnationales, 1822-1932 », Monde(s), 2012/1, 47-70.
Immordino-Yang, M.-H., “Studying the Effects of Culture by Integrating Neuroscientific With Ethnographic Approaches”, Psychological Inquiry: An International Journal for the Advancement of Psychological Theory, 24/1, 2013, 42-46.
Lordon, F., La société des affects, Paris, Seuil, 2014.
Moïsi, D., La géopolitique de l’émotion : comment les cultures de peur, d’humiliation et d’espoir façonnent le monde, Paris, Flammarion, 2008.
Panksepp, J., Asma, S., Curran, G., Gabriel, G., Greif, T., “The Philosophical Implications of Affective Neuroscience”, Journal of Consciousness Studies, 19/3-4, 2012, 6-48.
Pavlenko, A., The bilingual mind: And what it tells us about language and thought, Cambridge, Cambridge University Press, 2014.
Reboul, O., Langage et idéologie, Paris, Puf, 1981.
Revault d’Allonnes, M., Le dépérissement de la politique, Paris, Flammarion-Aubier, 1999.
Thompson, S., Hoggett, P., Politics and the Emotions, London, Continuum, 2012.
Tournier, M., Des mots en politique, Paris, Klincksieck, 1997.

JE Dijon 24.11.2017 « Corpus numériques et traduction spécialisée »

La gestion des contraintes génériques/textuelles par les traducteurs :
annotation, modélisation, extraction de l’information dans les corpus électroniques
How translators manage generic and contextual constraints:
Annotation, modelling, and information extraction using electronic corpora.

Vendredi 24 novembre 2017
Maison des Sciences de l’Homme – Dijon

Coordination scientifique / Academic coordinators :
Laurent Gautier & Will Noonan (uBFC, Centre Interlangues TIL EA 4182)

9h00 : Accueil / Welcome
9h30 : Ouverture / Opening (L. Gautier & W. Noonan)

I. Corpus dans le processus de traduction – Corpora in the translation process

9h45 : John Borel Tagne & Rudy Loock (U. de Lille-SHS & UMR CNRS 8163 “Savoirs, Textes, Langage”) : Ça « corpus » pas mal du côté des logiciels de TAO : l’heure de la convergence aurait-elle sonné ? (paper in English)
10h30 : Thierry Nallet (U. Grenoble Alpes & EA7356 Ilcea4 – Gremuts) : Les corpus électroniques au service de la traduction spécialisée. Une approche par genres ou types textuels

11h15 : pause café

II. Corpus parallèles et comparables – Parallel and Comparable Corpora

11h30 : Daniel Henkel (Université Paris 8 Vincennes-St-Denis & EA 1569 TransCrit) : Analysis and interpretation of comparable-parallel corpus data

12h30 : Buffet (sur place)

14h00 : Laurent Gautier (U. Bourgogne Franche-Comté & EA 4182 Centre Interlangues Texte Image Langage) : La comparaison de corpus parallèles et comparables pour l’approche des macrostructures à partir du discours de conjoncture des banques centrales

14h45 : Marion Bendinelli (U. Bourgogne Franche-Comté & EA 4661 ELLIAD) : Les débats présidentiels en France et aux États-Unis : un corpus comparable ? Réflexions dans une perspective de traduction du discours politique

15h30 : Discussion et conclusions / Debate and conclusion

Contact : laurent.gautier@ubfc.fr et will.noonan@ubfc.fr.

Publication Laurent Gautier, éd (2017). « Figement et discours spécialisés »

Laurent Gautier (éd.)
Figement et discours spécialisés
(Forum für Fachsprachen-Forschung, vol. 105)
158 p., 19,80 €, cartonné, ISBN 978-3-86596-413-7
Le contenu
Ce volume propose un état des lieux de la recherche actuelle sur
la mise en oeuvre de la catégorie du figement pour l’analyse des
discours spécialisés. Les auteurs articulent l’approche du figement
d’une part avec la terminologie en examinant non seulement les
modalités de formation des termes, mais aussi leur profil combinatoire,
leur rapport à la notion de collocation et leur fonctionnement
dans la dénomination. Ils envisagent d’autre part le rôle du figement
en discours et dans la phraséo-genèse du texte. Les objets d’études
sont variés – textes techniques, textes de presse spécialisée, textes
de vulgarisation. Les langues objets sont le français, l’anglais et
l’allemand.

JE, Dijon, 13.10.17 « Approches diachroniques des discours et cultures spécialisés »

Dossier thématique pour Textes & Contextes 2018
Revue en ligne de l’EA4182 – Univ. Bourgogne Franche-Comté

APPROCHES DIACHRONIQUES DES DISCOURS ET CULTURES SPECIALISES

Programme de la journée d’étude du 13 octobre 2017
Lieu : Salle du conseil – Maison des Sciences de l’Homme – Dijon

9H30 : Accueil des participants
9H45 : Ouverture (D Carnet – JP Charpy – L Gautier – S Patin)

10H – 11h30 :
– David Banks (Université de Bretagne Occidentale): The effects of revolution and war on academic discourse, 1785-1835.
– Juan José Calvo (Université de Valence –Esp.): Table vs. mete boord : Old French culinary terms and Germanic native vocabulary in two late Middle English cookery books.
– Margaux Coutherut (Université Paris 8) : Les recettes de cuisine en anglais du Moyen-Âge à nos jours : évolutions structurelle, syntaxique, lexicale.
– Pascaline Dury (Université Lumière Lyon 2): La “médicalisation” de la terminologie du textile en anglais, une analyse diachronique en corpus.
– Caroline Benedetto (Université de Bordeaux): les guides des bonnes pratiques médicales : un discours spécialisé en mutation ?

11H30 – 11H45 : pause café

11H45 – 12H45 :
– Sonja Molnar (Université de Salzbourg): Genre innovation and product presentation in 400 years of advertising culture.
– Jessica Stark (ENS Paris-Saclay): “Les manuels diplomatiques”, vecteurs de spécialisation de l’anglais de la diplomatie (1603-1017).
– Mathilde Gaillard (ENS Cachan): Emergence et cristallisation d’un milieu spécialisé hybride : les think tanks aux Etats-Unis.
– Philippe Millot (Université Jean Moulin Lyon 3): La néologie en sciences de l’information: étude sur corpus diachronique d’un nouveau domaine spécialisé.

12H45 – 14H : Buffet (sur place)

14H -15H :
– Aurélie Picton – Julie Humbert-Droz (Université de Genève): Approche diachronique pour l’analyse de la déspécialisation de la connaissance : l’apport de la linguistique de corpus
– Arthur Joyeux (Université de Bourgogne Franche – Comté): Stratégies discursives du Conseil d’Etat autour du principe de discrimination
– Albert Morales (Université de Venise): Uso diacrónico de la terminacología juridíco-administrativa en el discurso normativo.

15H – 16H30 : Table ronde et clôture de la journée d’étude

CONTACTS : didier.carnet@u-bourgogne.fr / jean-pierre.charpy@u-bourgogne.fr / laurent.gautier@u-bourgogne.fr / stpatin@gmail.com

Programme JE13 OCTOBRE (2)

Séminaire de jurilinguistique, séance 1, 29.09.2017_Lyon 2

Séminaire1_2017_09_29Séminaire tournant de jurilinguistique – séance 1 – Lyon 2 – 29 septembre 2017
Publié le septembre 18, 2017
Programmation

A partir de 9h15 : accueil des participants (Maison Internationale des Langues et des Cultures (MILC) – Amphithéâtre de la MILC – 35 rue Raulin 69007 Lyon)

9h45 – 10h00 : Ouverture de la journée

Jean Soubrier, Doyen de la Faculté de Langues de l’Université Lumière Lyon 2

Vincent Renner, Directeur du CRTT – Centre de Recherche en Terminologie et Traduction, EA656, Faculté de Langues, Université Lumière Lyon 2

10h00 – 10h30 : « Les normes concernant la rédaction des textes législatifs et les règles de la communication juridique dans la perspective traductologique » par Aleksandra Matulewska, Professeur de linguistique, Faculté de Langues Modernes, Université Adam Mickiewicz de Poznań & Paulina Nowak-Korcz, docteur en linguistique, Faculté de la Langue Anglaise, Université Adam Mickiewicz de Poznań

Pause

11h00 – 11h30 : « Termes d’audience et dignité de la personne âgée – la sémiotisation des décisions du Ministère Public » par Maria das Graças Soares Rodrigues, Professeur de linguistique, Département de Lettres de l’Universidade Federal do Rio Grande do Norte – UFRN

11h30 – 12h : « « Linguistique du droit » (Rechtslinguistik), « sémantique juridique » et « analyse du discours du discours institutionnel » : positions, méthodes et enjeux » par Laurent Gautier, Professeur des universités en linguistique allemande et appliquée, Centre Interlangues Texte Image Langage EA4182, Université Bourgogne – Franche Comté

12h – 12h30 « La pertinence d’une approche « formulaire » du discours juridique européen : instabilité sémantique, conceptuelle et normative » par Arthur Joyeux, docteur en linguistique, ELLIADD EA4661, Université Bourgogne – Franche Comté

Pause déjeuner

14h30 – 15h00 : « Le langage clair : pratiques communicationnelles entre norme et corruption de la norme » par Corina Veleanu, Maître de conférences en anglais, CRTT- Centre de Recherche en Terminologie et Traduction, EA656, Faculté de Langues, Université Lumière Lyon 2 et Olivia Martina Dalla Torre, doctorante en Sciences de l’Information et de la Communication, UMR CNRS LISA 6240, Université de Corse Pasquale Paoli

15h : Discussion. Programmation de la suite du séminaire.